L'envol des lucioles
Thérapeute du langage
Praticienne et facilitatrice Access à Nantes

Réflexions du moment

La cathédrale Notre Dame brûle....

Je regarde l'engouement, les tristesses s'exprimer, et puis viendront aussi peut être la colère, les accusations, les procès...

On parle déjà de réparations...

Et moi, je regarde, j'entends tout cela, et je ne perçois pas vraiment de tristesse. Enfin pas de tristesse qui m'appartiendrait.

Je perçois celle de la France, du monde, mais rien à moi.

Et, je me connecte à Elle, A notre Dame et je lui demande:

"qu'est ce que c'est, ça?"

Naïvement, comme une enfant qui aimerait se connecter à autre chose qu'au visible, à l'apparence.

Au delà de ce nuage opaque de souffrance, je l'entends. Elle, si forte et invincible, qui se laisse brûler sans aucune peur, sans aucun jugement.

Elle est là, toujours debout, malgré les apparences. Elle montre au monde entier son acceptation totale dans le changement. Ces tours se plient, en toute vulnérabilité. Elle s'offre et s'unit à ce brasier. 

Les hommes luttent pour la sauver, pour garder son histoire.

Peut-être est-il moins aisé de respirer. Les fumées ne permettent pas d'avoir une vision très éclairée, personne ne sait vraiment ce qui se crée et la direction à prendre. Le présent est l'unique boussole.

Elle, elle est prête pour la transformation.

Tout brûle de l'ancien. L'homme y avait engagé des travaux de rénovation pour fabriquer du nouveau avec le vieux. On respecte les vieilles traditions, on ne s'en éloigne pas trop.

Non, ce ne sera pas cela. Et si elle pouvait créer du nouveau, vraiment? Pas une vulgaire patine...

Combien de nos créations ressemblent à celles que nous avons déjà faites?

Combien de copiés-collés sortons-nous de terre, vague papier calque des précédents?

Combien de relations voulons-nous sauver des flammes reproduisant les mêmes schémas qu'au début?

combien de nos créations étouffons-nous dès les premiers signes d'embrasement?

Regardez-moi, semble t'elle nous dire, je ne tremble pas...

Le changement est là et je n'ai pas peur de disparaitre.  Je renaîtrai de mes cendres, à la fois moi et déjà plus la même...

Tout peut être créer, aucune limite à l'imagination.

Vous aimez le feu, vous dites qu'il est chaleur, énergie, joie. Vous dansez même autour parfois.

Vous dites: " il m'a embrasé, il a allumé le feu (hein Johnny?!), j'ai ravivé les flammes..." qui sont autant d'expressions de vie.

Et aujourd'hui, vous pleurez. pourquoi? Quelles parts de vous avez-vous l'impression de quitter, d'enterrer? 

Et si vous voyiez ce feu comme l'opportunité d'enfanter le nouveau? De rompre avec les résidus de l'ancien qui vous enchaînent encore...

Cet ancien, qui comme des fumées épaisses ne permet pas à vos yeux de s'ouvrir vraiment et à votre être de dire un grand Oui à la vie, à l'inattendu, à l'imprévisible?

Et si j'étais une invitation? 

Es-tu prêt? Oseras-tu Etre au-delà des formes, des croyances, et des vieilles pensées?

Alors, Merci à toi Notre Dame de nous montrer comment on peut réveiller autant de coeurs en brûlant l'ancien... 

Ces coeurs là parfois résistent, souffrent, refusent ton changement.

Toi, tu es prête... coeur ouvert à la création d'un nouveau que tu perçois déjà....Tu pointes laVie, jusque dans tes cendres. 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.